Monsieur le Président, arrêtez ces flots de sang !

 23 octobre 2015

Monsieur le Président !

Je lis l’entretien que vous accordez au magazine Le Chasseur français du 21 octobre 2015. Vous voulez protéger l’appellation « Laguiole » (le couteau et le fromage) que de gros malins ont accaparée : d’accord ! Vous refusez de créer une nouvelle niche fiscale qui ferait aux chasseurs le cadeau de leur permis de tuer : encore heureux…

D’autres de vos propos me plaisent moins. Je ne pense pas, comme vous, que les chasseurs entrent dans la catégorie de ceux qui « défendent la nature ». Ils l’exploitent et la massacrent plus qu’ils ne la gèrent. Ils ne l’aiment qu’ensanglantée. Je comprends que, pour des raisons électorales, vous manifestiez « beaucoup de considération » à leur égard : mais vous oubliez que d’autres, parmi vos électeurs potentiels, et bien plus nombreux selon les sondages, désirent protéger et contempler ces espèces que les chasseurs n’apprécient qu’au bout de leur fusil.

En France, le nombre des chasseurs a chuté au-dessous du million, probablement même à moins de 900 000 (les chiffres de l’Office national de la Chasse posent problème). Or, ces moins de 1,5 % de la population nationale privent les parents et les enfants de toute promenade en forêt le mercredi et le dimanche (voire d’autres jours lorsqu’une « battue » est ouverte). Au vu des accidents que provoquent ces Nemrods (une quarantaine de morts et plusieurs dizaines de blessés par an, rien que dans notre pays), ils devraient, bien davantage que les requins (lesquels causent moins de dix morts chaque année, et dans le monde entier), être classés parmi les espèces les plus dangereuses de la Terre. Parmi les « nuisibles », pour utiliser un adjectif de leur vocabulaire que je récuse…

Monsieur le Président, dans votre entretien au Chasseur français, votre sortie sur les loups me semble particulièrement inadmissible : « Chaque année, dites-vous, il sera décidé du nombre de loups à abattre en fonction de l’évaluation des risques et de la croissance de la population de loups. » Je vous rappelle que Canis lupus est une espèce protégée par la Convention européenne de Berne, que la France a ratifiée, et qui ne saurait être modifiée que par une décision des deux tiers des signataires. Je m’étonne de la contradiction qui surgit, ici, entre votre fonction régalienne de gardien de la Constitution et des institutions du pays, et l’autorisation littéralement hors la loi que vous accordez à des tueurs d’animaux protégés.

Sur le fond, je vous rappelle que les loups sont revenus par eux-mêmes sur notre territoire, depuis l’Italie voisine (certains, désormais, y rentrent depuis l’Allemagne et la Suisse ; en attendant leurs congénères espagnols). Au rebours de ce que vous suggérez, leur population n’est nullement en accroissement. En France, ils étaient un peu plus de 300 en 2014. Cette année, on en dénombre moins. Or, les « autorisations » de « prélèvement » (la litote utilisée pour dire qu’on leur loge une balle dans le ventre) ont été augmentées de moitié : elles passent de 24 à 36. Une absurdité, fût-ce aux yeux du plus ignorant des naturalistes…

Monsieur le Président, depuis le mois de juillet 2015, comme le relève l’association de protection de la nature FERUS, 13 loups ont déjà été fusillés de façon « officielle » (et d’autres braconnés). Les éleveurs de brebis réclament qu’on en exécute toujours davantage. Certains bergers (et les politiciens qui les caressent dans le sens de la laine) vont jusqu’à exiger l’« éradication » du prédateur. Allez-vous leur donner raison ? Je vous rappelle que, s’il existe 300 loups en France, on en recense 1 500 en Italie et 2 000 en Espagne, où les problèmes que pose le carnivore sont infiniment moins aigus que chez nous. Si nous désirons réellement aider les bergers (ce qui est notre volonté à tous deux), nous devons améliorer le gardiennage des troupeaux dans la montagne (en embauchant par exemple des chômeurs), plutôt que d’envoyer ad patres les rares « fauves » qui nous restent. Car l’ennemi numéro un de l’éleveur n’est pas le loup, mais le prix de la viande de mouton sur un marché mondial dominé par l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine. Je regrette que, tels les pires politiciens de la droite de la droite (mettons Christian Estrosi ou Laurent Wauquiez), vous vous entêtiez à faire de Canis lupus le trop facile bouc émissaire de notre incapacité à réguler ce secteur de l’économie.

Monsieur le Président, durant votre quinquennat, j’ai la tristesse de constater que la nature sauvage endure le martyre. Vous êtes en train, en ce moment même, de transformer nos forêts, nos montagnes et nos mers en parages où le sang ruisselle. Les abattages succèdent aux carnages, et cela ne semble guère vous toucher.

Vous avez entamé, et vous vous préparez à conclure, une extermination du troupeau de bouquetins du massif du Bargy, en Haute-Savoie. La justice a rejeté le recours des associations naturalistes : plusieurs centaines de ces ruminants vont donc mourir dans les alpages, tirés à l’arme lourde par une légion de nervis aidés d’hélicoptères. Pourquoi cette folie ? Parce que certains ongulés seraient vecteurs de la brucellose. Mais le massacre a été ordonné avant même qu’on ait confirmé la contamination, et au mépris de la seule solution scientifique et efficace au problème : la vaccination !

Les loups, les bouquetins : du sang, toujours du sang ! Monsieur le Président, pourquoi ne raisonner qu’avec l’esprit du bourreau ? À l’île de la Réunion, je constate la même indignité : dans le cadre du plan gouvernemental intitulé « Cap Requins », plusieurs requins bouledogues, des requins tigres et même un grand requin blanc ont été récemment « prélevés ». Ces poissons superbes n’avaient mordu personne. On les harponne et on les achève à titre « préventif », alors qu’ils figurent (au moins pour le tigre et le grand blanc) sur la liste des espèces en voie d’extinction dressée par l’Union internationale pour la Conservation de la Nature.

Partout en France, les chasseurs réclament (et obtiennent !) qu’on les autorise à organiser des battues au renard ou des déterrages de blaireaux. Au nom de la tradition et de la « ruralité », ils veulent continuer à piéger à la trappe ou à la glu les ortolans, les pinsons ou les bouvreuils. Ils exigent qu’on leur permette de « résoudre » le « problème » des vautours, qu’ils accusent ridiculement d’attaquer les vaches vivantes. Ils se font forts de régler le sort des corbeaux, des cormorans, des phoques, des dauphins, que sais-je ? Je l’ai entendu hier et j’en suis resté sur le derrière : des grues cendrées en migration par milliers au lac du Der ! Les chasseurs, ces prétendus « amis de la nature », désirent en vérité éliminer manu militari tout ce qui les « gêne » dans leur utilisation simpliste et univoque (tuer ! tuer !) des composants sublimes et nécessaires de nos écosystèmes. Je n’aime pas, monsieur le Président, que vous vous placiez unilatéralement dans leur camp.

Monsieur le Président, nous sommes nombreux, dans ce pays, à ne plus supporter l’holocauste. Je désirerais que, pour vous et votre gouvernement, l’écologie ne se résume pas aux questions d’énergie, de pollution ou de transport, bref à des combats que je mène également, depuis quarante ans, mais qui ne sont pas suffisants. J’aimerais qu’en prononçant le mot « biodiversité », vous preniez enfin conscience que la nature subit davantage de blessures et de désastres qu’elle n’en a jamais enduré depuis que l’Homo est sapiens. Je voudrais que vous formiez, dans votre imagination, l’image de vraies plantes, de vrais animaux, de vrais prédateurs. Je serais ravi que vous n’adoptiez pas pour ligne politique l’idée de confier la gestion de la « ruralité » aux chasseurs plutôt qu’aux écologistes ; aux mitrailleurs plutôt qu’aux amoureux de la beauté vive ; aux massacreurs en tenue léopard plutôt qu’aux amis de la subtilité et des équilibres ; aux assassins des beautés palpitantes plutôt qu’aux naturalistes, aux promeneurs, aux écrivains, aux cinéastes, aux peintres, aux poètes et aux rêveurs.

Je revendique de votre compréhension et de votre amour de l’humanité même que vous laissiez à l’usage de nos enfants et des enfants de nos enfants les trésors vivants que nourrit encore la Terre. Que vous preniez la défense du requin, du loup, du lynx et de l’ours brun, plutôt que de les laisser agonir d’injures et anéantir à la balle ou au couteau par des êtres basiques, obsédés par la mort du « nuisible » ou du « gibier », et fiers de revêtir l’uniforme martial pour aller répandre la terreur à travers champs et bois.

Je vous en supplie, monsieur le Président : faites taire les fusils et écoutez la symphonie du monde !

This entry was posted in chasse. Bookmark the permalink.

26 Responses to Monsieur le Président, arrêtez ces flots de sang !

  1. Georges says:

    Bravo !

  2. Wolf says:

    Bravo 2 fois !

    Si l’Humain n’était que “un loup pour l’homme”…
    Malheureusement c’est aussi surtout un loup pour tout le reste du vivant…

  3. mdt says:

    et si c’était une pétition ?

  4. martine says:

    Bravo Yves, du fond du coeur.
    François Hollande, tonton flingueur en chef, se fiche totalement de la nature, elle se résume sans doute pour lui à la “verditude” des pelouses élyséennes. Avec Ségolène Royal, sa calamiteuse ministre de l´écologie, elle aussi copine comme cochon (pardon à eux) avec les viandards, ils forment un tandem infernal qui semble avoir décidé l´éradication totale de la faune française.

    PS Pardon aussi aux vrais Tontons flingueurs qui eux avaient de la classe 🙂

  5. Tartemuche says:

    Monsieur Perrette , actuel locataire de l’Elysée, gagne un million de voix en caressant les “gros tueurs protecteurs de la nature”. Normalement il devrait en perdre 10 fois plus si les gens comme nous avait de la mémoire au moment de mettre le petit papier dans l’urne. Le problème serait donc juste une question de mémoire ? Pas seulement,
    parce que en face c’est la même chose , Souvenez-vous Monsieur Sarkoko et son copain Borloo promoteurs de la loi protégeant l’action de chasse et menaçant de 1000 euros d’amende les rigolos manifestant contre le massacre des oiseaux migrateurs.
    C’est comme ça que fonctionne la “démocratie” à la française. Le voilà le vrai problème.

  6. nature says:

    Bonjour, Yves
    Merci. un Ami de la vallée de la Tarentaise- Vanoise-:)
    J’invite personnes a venir voir une très belle expo à Bourg st Maurice sur Vive le Renard, Vive le Blaireau, et J’aime le Loup’Canis Lupus lupus.
    Cette expo se fini dimanche 1 11 2015 après-midi , venez nombreux.
    Tout renseignement : http://www.aspas-nature.org/

    La semaine dernière un Mr ma dit que le loup attaquais les hommes, et qu’il avait lu cela, je lui est dit pendant la guerre de 100 ans.! le loup comme d’autres espèces se nourrir de cadavre.
    Ou encore que le Renard était le mengeur de poule, ou le Blaireau qui détruit les jandins, on peut voir que beaucoup de personnes manque de connaissance.
    Il faudrais lire la Peur de la Nature de François Terrasson.
    Merci Yves , Amitié.

  7. Michel BERTHELOT says:

    Merci pour ce digne plaidoyer

  8. Dominique Paoli says:

    Bravo Monsieur Paccalet pour votre article, je vous le dis avec coeur et beaucoup de colère-amertume pour la façon dont ceux qui nous dirigent méprisent et tuent la vie sauvage.

  9. bernard says:

    Pour mieux comprendre le Prédateur que nous sommes je vous conseille vivement de lire le superbe livre de Yuval Noah Harari

  10. bernard says:

    Pour mieux comprendre le Prédateur que nous sommes je vous conseille vivement de lire le superbe livre de Yuval Noah Harari. SAPIENS, une brève histoire de l’humanité.

  11. Noblet jf says:

    Cher Yves,
    Aujourd’hui on annonce le nouveau démarrage de Nt Dame des Landes. Ces discours de Hollande, ces décisions de Ségolène ou de Valls nous ramènent au moyen Age et nous démontrent qu’il n’y a plus de différence entre la droite et le parti socialiste. Nous n’avons plus rien à faire avec eux. Quelles solutions pour l’avenir? Pas les verts qui n’ont pas compris que l’homme est intégré à un écosystème naturel, pas seulement social. Alors il reste le remarquable Nicolas Hulot dont la ténacité et l’intelligence nous donnent de l’espérance. Et le pape pour ceux qui croient en dieu. Ce n’est pas mon cas mais j’admire ce type qui a osé dire au congrès des états unis ce que nous pensons depuis longtemps. Il nous faut transformer notre colère et réfléchir ensemble à l’alternative. Signer l’appel de nicolas Hulot me semble une bonne base de départ

  12. martine says:

    Bof, un texte bourré d´arguments qui ne tiennent pas la route, les mêmes poncifs usés jusqu´à la corde, ceux dont les amateurs de corrida se servent ad nauseam pour défendre leur loisir pervers. C´est gentil de faire un peu de pub pour les copains chasseurs mais cela manque de sérieux ! C´est vrai que lorsqu´on s´appelle Cartouche, on peut difficilement refuser 🙂 !!! Pardon !!!
    Non, les chasseurs ne sont pas les protecteurs de la nature. Ils s´en servent comme d´un terrain de jeu afin d´exercer leur soi-disant passion ! Les vrais amoureux de la nature, eux, la respectent, c´est le fondement de l´écologie. Ils s´y promènent en prenant garde de déranger le moins possible, ils en sont les invités discrets et attentifs. L´émerveillement leur suffit . On ne peut pas en dire autant des chasseurs. Quand on a randonné non loin de terrains de battue, on éclate d´un rire jaune à la lecture du pauvre article de Monsieur Cartouche et de son romantisme de pacotille. Les chasseurs envahissent la nature, ils s´y conduisent en pays conquis, ils sont source de stress pour tous les êtres vivants qui ont le malheur d´y séjourner. Ils laissent derrière eux des montagnes de détritus, des sentiers ravagés par les pneux de leurs véhicules, des animaux agonisants qu´ils n´ont fait “que blesser”. Fort du pouvoir que leur confèrent leurs armes, ils font régner la terreur.
    Alors chasseurs, arrêtez de mentir et de prendre les gens pour des crétins. Assumez au moins le fait que vous aimez tuer, que, comme les bourreaux vous jouissez de voir le sang couler. Vous vous arrogez le droit de vie et de mort sur des êtres qui ne vous ont rien fait, qui ne demandaient rien d´autre que de vivre leur vie. Comme vous ! Il n´y a que les imbéciles pour éprouver du plaisir à exercer un tel droit.

    “Les sanglochons des violons de l´automne…..”
    Verlaine revu par un chasseur 🙂 !

  13. Georges says:

    Merci Martine de cette mise au point au sujet de cet article affligeant de mièvrerie.

  14. martine says:

    L´une des lettres hebdomadaires de Gérard Charollois (Convention Vie et Nature) sur le thème de la chasse :
    http://www.ecologie-radicale.org/media/editos/1030-la-chasse-une-calamite-pas-une-fatalite-

    La chasse, “un lobby organisé sur des bases corporatistes héritées du gouvernement de Vichy” !

    PS Désolée pour les fautes d´inattention dans mon commentaire précédent, je les ai vues trop tard.

  15. olivier says:

    Bravo Mr Paccalet pour ces propos pleins de sens et d’espoir. Effectivement trop c’est trop, Mr Hollande doit savoir que le peuple ne reste pas insensible à son ânerie. Il se prend pour un roi sanguinaire . Un de ceux que l’on voit sur des gravures, le pied sur la dépouille d’un Lion. On pourrait changer cette image par un Bouquetin ou un Loup. Cela est inadmissible. Et cette catastrophique Ministre de l’écologie ne vaut guère mieux..

  16. martine says:

    Dans les Landes, on braconne le pinson. Ben oui, on est des courageux, dans les Landes, on ne craint pas de s´attaquer à des ennemis redoutables ! Mais on n´aime pas trop les empêcheurs de braconner en rond et les témoins. Alors on leur tape dessus. Allain Bougrain Dubourg et des militants de la LPO se sont faits tabassés par des riverains alors qu´ils inspectaient un champ de maïs dans lequel se trouvaient des pièges.
    Voilà ce qui se passe dans un pays dont le président et sa ministre de l´écologie méprisent la faune sauvage et chouchoutent les massacreurs en tous genres.

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/11/09/militants-ecologistes-et-journalistes-agresses-a-coup-de-pelle-dans-les-landes_4805996_3244.html

    J´espère que vous apprécierez à sa juste valeur la photo de l´homme à la pelle. Dit aussi l´homme au slip! Un magnifique représentant de la connerie humaine dans ce qu´elle a de plus odieux.

  17. martine says:

    Toujours à propos des tueurs de passereaux landais, une pétition :
    http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/protegeons-passereaux-defenseurs-1059.html
    Sans grand espoir que cela porte vraiment, mais enfin, c´est toujours mieux que de se taire.

  18. Sophie says:

    @mdt

    Sur ce sujet d’actualité j’ai trouvé-un peu par hasard-cet excellent article, bien meilleur à mon sens que celui d’alternatiba:

    http://ripostelaique.com/attentats-parisiens-virons-vrais-coupables-quils-maquillent-nouvelle-responsabilite.html

  19. martine says:

    Sous couvert de défendre la laïcité, “Riposte laïque” est en fait un site raciste et antisémite qui fricote avec le Bloc identitaire, avec Bruno Larebière, le rédacteur en chef de “Minute” ! Mazette ! Rien que cela ! Les contributaires du site se prétendent de gauche et s´affichent avec l´extrême-droite ! Marine Le Pen, Marion Maréchal Pétain le Pen ont la cote, naturellement. Qui se ressemble, s´assemble !

    Méfiez-vous de ce genre de discours qui dévoie l´indispensable et noble combat laïque au service de la haine raciste.

    Prudence Yves, vous savez qu´un certain Patrick Zorglub a sévi un moment ici et a souillé votre blog de ses commentaires “excrémenteux” 🙂

  20. Sophie says:

    @martine

    Vous faites totalement erreur, non seulement ce site n’est pas antisémite mais beaucoup de lecteurs au contraire lui reprochent d’être pro-sémite !
    (lire les commentaires des lecteurs)

    En fait c’est surtout un site attaché à une véritable laïcité, et qui constate qu’à l’heure actuelle c’est l’islam qui veut s’imposer partout, d’où la lutte prioritaire contre l’islamisation de la France.

    Vous réagissez, @martine, avec sectarisme contre la liberté d’expression, si vous lisiez les articles de “riposte laique” vous constateriez qu’il y a de nombreux rédacteurs qui sont loin d’être d’accord sur tous les sujets.
    C’est ça la liberté d’expression !

    Critiquer les dogmes d’une religion et sa volonté d’islamiser un pays n’est en aucun cas du racisme, l’islam est une idéologie non seulement religieuse mais aussi politique et on doit avoir le droit de donner son opinion à son sujet, comme on le fait pour le communisme, le nazisme ou le capitalisme.

    Et on a également le droit d’ouvrir les yeux des français sur les mensonges des hommes politiques et des médias sur le “pas d’amalgame!” comme si les musulmans modérés n’avaient pas comme références les mêmes que les “islamistes”, à savoir le coran et les hadiths.
    Que tous ne soient pas des terroristes est un fait, il y aussi la stratégie de la taqiya, (tromperie destinée à endormir la méfiance des infidèles) comptant sur l’immigration et la natalité pour devenir majoritaires un jour.
    Le but final est le même: islamiser le pays et imposer les lois d’Allah, tous les gens attachés à la liberté devraient le comprendre et s’y opposer, et un site comme “riposte laïque” essaie d’ouvrir les yeux à ceux qui ne l’ont pas compris, réflechissez-y, au lieu de lancer des anathèmes.

  21. martine says:

    Sophie,
    je ne lance pas d´anathèmes, j´ai lu suffisament d´articles sur le site en question, pour avoir pu me faire une opinion, toute seule, comme une grande 🙂 !
    L´extrême-droite populiste joue le cheval de Troyes, elle infiltre bien des combats et les pollue, comme dans le cas de la défense du monde animal. C´est fort regrettable.

  22. alaindeclaix says:

    Bonjour Yves,

    Merci pour cette lettre ouverte au Président de la République!

    Je tenais à vous remercier d’avoir le courage de mettre votre notoriété au service d’une cause (la défense de la vie sauvage en général) qui tient à coeur celles et ceux qui s’expriment ici. Vos paroles sont précieuses car elles apportent le poids de la caution “scientifique” que vous représentez à cette minorité amoureuse de toutes les composantes de la nature, qui se bat sans espoir face à la bêtise, aux lobbies, et au désintérêt des décideurs de tous bords et des politiques en particulier.
    On a vu à quel point les avis scientifiques ont compté “pour du beurre” dans la décision d’abattage des bouquetins du Bargy, alors que des mesures de bon sens – et beaucoup moins coûteuses – auraient pu être prises (vaccination par ex.)
    Le fameux “principe de précaution” a maintenant “force de loi” alors que dans d’autres temps et pour des raisons bassement financières (sang contaminé, scandale du Médiator, etc) on a pas hésité à continuer à laisser se répandre, en parfaite connaissance de cause, des produits potentiellement mortels pour l’espèce humaine!

    Concernant la chasse, comment qualifier l’aberration d’une ouverture le mercredi et le dimanche qui restent des jours de promenades familiales ou de loisirs? Devons-nous laisser aux chasseurs le “loisir” de s’attribuer les espaces naturels et d’en “chasser” les importuns (enlèvement ou martelage des panneaux sur les sentiers de randonnée) d’envahir les pistes avec des hordes de 4×4 et les bois avec des meutes de chiens?

    Tant que nos élus raisonneront en termes de “poids électoral”, de protection de leur(s) mandat(s), de considérations purement commerciales ou financières, les lobbies de tous bords (en vrac : l’industrie agro-chimique, l’agriculture intensive, les aménageurs et les destructeurs divers) pourront rester optimistes! Seule une mobilisation citoyenne de grande ampleur serait à même d’inverser le cours des événements qui laissent augurer d’un avenir bien sombre.

    Lentement mais sûrement l’humanité crée les leviers de sa disparition.

  23. Berlherm says:

    La biodiversité implique la diminution drastique de l’humanité, sinon ce n’est pas de la biodiversité. Nous sommes des animaux. Mais notre plus grosse tête nous rend coupables.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *