La glèbe asservie

Le 19 décembre 2016

15 décembre 1978 (p…, bientôt 40 ans !), j’écrivais ceci dans mon “Journal de nature”, paru en 1992 sous le titre “L’Odeur du soleil dans l’herbe” :

“Normandie (Le Neubourg)
“Une ligne pure de trembles à l’horizon ; un tapis de feuilles mortes réduites à leurs nervures (découpages bactériens d’une infinie rigueur) : c’est peu de splendeur, dans ce vaste paysage !
“Partout alentour, l’horreur de la glèbe asservie. Dans ces cultures industrielles, notre mère la Terre n’est plus qu’une addition d’hectares, d’engrais et de pesticides, c’est-à-dire un compte au Crédit Agricole.”

On ne peut pas dire que les écolos précoces dans mon genre ne s’étaient pas fait une image claire de la réalité du monde.

This entry was posted in Agriculture. Bookmark the permalink.

9 Responses to La glèbe asservie

  1. mdt says:

    vous aviez raison, nos hommes politiques sont incapables d’anticiper mais c’est aussi valables pour le commun des mortels
    que peut on faire ?

  2. rivais says:

    Bonjour

    Bonjour
    Je suis journaliste au Monde, et j’aimerais beaucoup joindre M. Bernard Delmotte.
    Je me permets de vous demander si vous auriez ses coordonnées,

    Je vous remercie d’avance

    Bien à vous
    Rafaële Rivais
    01 57 28 28 60
    06 20 86 60 54

  3. Julien says:

    Le monde est un immense bordel qui s’en va à sa perte et disparaîtra : “bon débarras !” comme vous l’avez crié et que d’autres l’ont chanté :

    “C’était un temps déraisonnable
    On avait mis les morts à table
    On faisait des châteaux de sable
    On prenait les loups pour des chiens
    Tout changeait de pôle et d’épaule
    La pièce était-elle ou non drôle
    Moi si j’y tenait mal mon rôle
    C’était de n’y comprendre rien”

    Est-ce ainsi que les hommes vivent…

  4. Julien says:

    Oups ! grosse fôôôte ! “moi j’y tenaiS mal mon rôle”. Mille zexcuses M’sieur Aragon !

  5. mdt says:

    “Bonne année à toutes les choses, au monde, à la mer, aux forêts. Bonne année à toutes les roses que l’hiver prépare en secret. Bonne année à tous ceux qui m’aiment et qui m’entendent ici-bas. Et bonne année aussi, quand même, à tous ceux qui ne m’aiment pas.” (Rosemonde Gérard)

  6. Sophie says:

    Je viens de trouver ce bel article sur la disparition des oiseaux:

    http://gerardcharollois2017.fr/

    J’ai constaté moi-même en voir beaucoup moins dans mon jardin se presser autour des mangeoires.
    Déjà l’an passé ils n’étaient pas nombreux mais je me rassurais en pensant que c’était dû à l’hiver doux.
    Mais cette année c’est la même chose malgré un hiver rigoureux et des gelées permanentes.

  7. Leclercq says:

    Bonjour,
    et pour répondre au message de mot du 19 décembre, ce n’est pas que nos hommes politiques (y compris à l’échelon mondial) ne savent pas anticiper, mais ils ne le VEULENT PAS ! il y a trop d’intérêts de tous bords en jeux surtout pour ceux qui, et je pense qu’ils sont beaucoup, ont maille à partir avec la grosse finance, donc les lobbies de tous genres. Et donc peu leur chaud que de préserver notre environnement et les citoyens du monde, sinon ils ne laisseraient pas les agro- et autres industriels nous tuer à petit feu. Tout cela bien habilement relayé par les médias à leur botte…
    Que chacun se réveille et réveille son voisin ; et si ce n’est pas possibe car indifférence totale, alors adieu toi, moi, nous, eux

  8. Berlherm says:

    Dès que les humains augmentent leur possibilité de se nourrir, ils favorisent l’accroissement de la population, et ce peuple en rab demande à être aussi bien nourri que les autres. On les comprend puisqu’ils ont été mis au monde pour servir les existants. Donc selon ce processus il fallait inventer l’agriculture intensive, l’élevage intensif, la pêche intensive, et maintenant les OGMs. Que sera la suite si la quantité de personnes n’est pas contrôlée par la loi? Ne sommes-nous pas des associés qui doivent avoir le contrôle de l’introduction des autres associés dans notre entreprise commune, notre soi-disant patrie commise d’office?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *