Cétacés : échouages en masse

13 février 2017

Plus de 400 globicéphales, ou dauphins-pilotes (en anglais, pilot whales, “baleines-pilotes”) se sont échouées, dans la nuit de jeudi 9 à vendredi 10 février, sur une plage de Nouvelle-Zélande.

On me demande ce que je peux en dire ; quelles explications la science apporte à ce genre de phénomène triste et impressionnant à la fois. Voici quelques pistes de compréhension…

Certains cétacés meurent au large et s’échouent, poussés à la côte  par les courants. Causes possibles de leur décès : vieillesse, maladie, accident (hélice de bateau…), blessure infligée par un prédateur, pollution, grosse tempête épuisante… De tels échouages ont lieu en petit nombre.

Les échouages massifs ont une explication à la fois physiologique et sociologique. Les cétacés s’orientent principalement grâce à leur sens de l’écholocation (leur sonar), ultra-perfectionné et ultra-précis. Et ils vivent en bancs structurés, sur le mode matriarcal – dirigés par une grande femelle expérimentée. Lorsque la femelle dominante ne se repère pas bien et vient s’échouer sur un rivage, les autres sujets de la troupe la suivent et s’échouent, puis meurent avec elle.

Mais pourquoi ces cétacés ont-ils des “pannes” de sonar ? On a mis en évidence des maladies ou des parasites (vers), notamment de l’oreille interne. On incrimine certains polluants (pesticides, etc.) répandus dans la mer par les hommes. On pense que, dans certains cas, la côte basse et sableuse agit comme un piège : elle réfléchit mal les ondes sonores et égare les animaux. Il semblerait que le rivage incriminé en Nouvelle-Zélande soit de ce type.

Mais une cause grave semble avoir multiplié les accidents dans le dernier quart de siècle : les ondes sonores que les hommes envoient sans cesse dans la mer. Bruits de bateaux, explosions (guerrières ou pour l’exploration pétrolière), etc. Probablement, par-dessus tout, faut-il dénoncer la responsabilité des ondes émises par les sonars militaires surpuissants, aujourd’hui utilisés par les Marines nationales des grandes puissances… Une catastrophe pour le sens de l’orientation des dauphins et des baleines, mais aussi pour la communication entre les individus de ces espèces…

This entry was posted in baleines, dauphin. Bookmark the permalink.

3 Responses to Cétacés : échouages en masse

  1. mdt says:

    Bonsoir,
    merci pour ces explications.

  2. martine says:

    Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore l´ONG du capitaine Paul Watson :
    http://www.seashepherd.fr/

  3. Berlherm says:

    J’ai du mal à imaginer que ces animaux très intelligents se laissent piéger dans un milieu qu’ils connaissent parfaitement, et qui ont un rapport à la Nature autrement plus sophistiqué que le nôtre. Ils ont peut-être compris que la vie était absurde et qu’il valait mieux y mettre fin en donnant l’exemple. Quant à moi j’ai opté pour la diffusion de l’information, à savoir que nous avons tous été contraints d’exister et que la moindre des choses serait que le monde qu’on nous propose soit sain, que la vie soit intéressante et gratuite bien sûr. Et en attendant, ne faites pas d’enfant, faites la grève. Sinon au moins, faites des enfants sains, sans handicap, sans gène défectueux, et nettoyez la poubelle-monde, le berceau de votre chérubin. Tant que vous n’en êtes pas capable, abstenez-vous, votre enfant est une personne.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *